La vérité sur le lait U.H.T

Posté par: Prescilia D'Abreu Dans: Général Sur: samedi, juin 3, 2017 Commentaire: 0 Vue: 680

Aliment de base, le lait a depuis toujours été érigé en produit incontournable pour rester en bonne santé notamment grâce à sa richesse en calcium. Le lait U.H.T en brique est le plus vendu en France mais comment est-il obtenu et quelle est la différence avec le lait cru?

 

Des vaches « taillées » pour produire

 

Savez-vous combien de litres de lait en moyenne une vache produit-elle ?

 

23 litres par jour contre 7 litres en 1950.

 

Comme vous pouvez vous en douter, l’alimentation (mais et soja OGM) ainsi que les traitement fournis (facteurs de croissance et antibiotiques) sont bien entendu à l’origine d’une telle surproduction sans parler des conséquences néfastes sur le bien-être de ces animaux (maladies et blessures chroniques dues aux conditions de production intensive).

Lait U.H.T : un lait « reconstitué » ou « soupe laitière »

 

Plus de 9 laits sur 10 vendus en France aujourd’hui sont des laits UHT (Ultra Haute Température)

 

Autant dire que ce procédé de fabrication qui consiste à chauffer fortement le lait et à le refroidir rapidement a permis à l’industrie laitière de pallier au problème de conservation du lait mais comment est-il obtenu ?

 

  1. On écrème : la crème est retirée et ce même pour les laits entiers afin d’obtenir une « base » de lait équivalente d’une collecte de lait à l’autre

 

  1. On homogénéise : éclatement des bulles de gras du lait essentiellement pour éviter que vous ayez une phase liquide et une phase grasse dans votre verre de lait. Ces objectifs esthétiques ont surtout pour conséquences de dénaturer la structure moléculaire du lait dont les acides gras (pourtant bénéfiques à notre santé) ne seront plus assimilés de la même manière et ne permettront plus de ressentir la satiété correctement.

 

  1. On standardise : l’objectif est ici de «mettre à niveau » différents nutriments en fonction de cahiers des charges décidés par l’industrie laitière : matières grasses, protéines (ajout de poudre de lait)…

 

Ce processus totalement éprouvé permet d’obtenir un lait constant pour pallier à la variation de la composition du lait en fonction des races des vaches et des saisons. Cette standardisation nécessite la destruction profonde de la nature de cet aliment qui est du coup beaucoup moins nourricier et surtout moins « vivant ».

 

Nous sommes ici bien loin du lait cru fermier qui certes se conserve beaucoup moins longtemps (72heures contre 3 mois pour le lait UHT) mais a le mérite d’être plus riche en goût et surtout plus intéressant pour la santé : riche en acide gras essentiels et en flore microbienne bénéfique pour notre système immunitaire.

 

Que penser des laits spéciaux ?

 

Enrichis en vitamines, oméga 3, délactosés…toutes ces versions de laits imaginées par l’industrie laitière tentent de pallier à la baisse des ventes du marché historique du lait UHT mais sans malheureusement renoncer au principe de dénaturation de l’U.H.T. Bien qu’ « enrichis » ces laits restent transformés et les ingrédients rajoutés artificiellement ne sont sans doute pas plus assimilables par l’organisme.

 

Et les laits bio ?

 

Les éleveurs ont respecté le cahier des charges de l’agriculture biologique : pas d'engrais ni de pesticides de synthèse dans les fourrages, traitements médicamenteux des vaches étroitement encadrés, contrôle annuel de leur organisme certificateur.

En revanche comme pour le lait conventionnel UHT, le traitement subi est le même avec du coup un goût et une composition nutritionnelle assez proche.

 

 

Faut-il préférer les laits végétaux ?

 

Laits d’amande, soja, noisette… Ces boissons végétales ont le vente en poupe notamment à cause de la croissance des cas d’allergies et intolérances au lactose. Ce sont donc des alternatives intéressantes pour les personnes qui présentent des problèmes par rapport à leur consommation de lait de vache en revanche il faut rester vigilant sur leur composition. L’ajout de sucres ou additifs divers n’est pas rare et même pour ces boissons le « fait maison » peut être plus intéressant gustativement et économiquement.

 

 

En résumé….

 

Le lait U.H.T, bien qu’économique et pratique est un « ersatz de lait » tant au niveau du goût qu’au niveau nutritionnel dont la capacité nourricière est très éloignée de celle du lait tout juste sorti du pis de la vache.

 

Privilégiez donc le lait cru ou le lait pasteurisé qui a subi un traitement thermique doux et dont le goût et la valeur nutritive se rapprochent du lait cru.

 

 

 

 

commentaires

Laissez votre commentaire